BAULT

Sur toile comme sur mur, Bault porte  un art instinctif dénué d’idées préconçues, une représentation du monde unique et en constante évolution. Une dynamique que l’artiste cultive dans sa vie professionnelle : s’il commence le graffiti en 1997, il se consacre en parallèle à la vidéo jusqu’en 2011. C’est en 2013 qu’il fait ses premiers pas en galeries, au Cabinet d’amateur à Paris. Il renoue alors avec ses croquis fantasques, sa peinture acrylique et ses bombes, pour donner vie à des toiles aux lectures multiples et au fort impact visuel, où la bestiole n’est peut-être finalement qu’une représentation plus ludique de l’humain et de ses multiples personnalités.

Si à ses débuts, Bault aimait le travail aux tons monochromes, aujourd’hui la couleur, pastel ou vive, fait partie intégrante de l’esprit fictionnel de ses peintures. Cet été 2016, il proposait lors du festival Rouen Impressionné un sanglier absurde sur fond jaune saturé aux tons dégradés d’orangé. Pour cette pièce, l’artiste s’est inspiré de dessins d’enfants, de ces êtres qui crayonnent sans réflexion ni volonté de respecter la réalité, véritables modèles de liberté pour le Français. Après avoir participé à l’événement bordelais Transfert #6, Bault se rend à Haïti en août où il crée de nouvelles œuvres en volume sur bois. Une inspiration de mise pour mener à bien ses deux solo shows de l’année, présentés à la galerie londonienne Unit 5 en octobre, et fin 2016 à la galerie montpelliéraine Nicolas Xavier.

On canvas as on walls, Bault develops an instinctive approach freed from preconceived ideas, a unique representation of the world in constant change. The same goes for his professional life: having started graffiti in 1997, he has also been dedicating himself to videos since 2011. His first gallery exhibition was in 2013, at the Cabinet d’amateur in Paris. That was when he reconnected with his fantastic world, his acrylic painting and his spray cans, to produce multifaceted artworks with strong visual impact –in which weird creatures appear to be playful representations of men and their many faces.

Whereas Bault liked monochromes at first, pastel or vivid colors are now characteristic elements of his fictional creations. During the summer 2016, he presented an absurd wild boar painted on a saturated yellow background with shades of orange at the Rouen Impressionné festival. For this piece, he drew his inspiration from children drawings. Kids -who draw without thinking or desire to represent anything real- embody the essence of freedom for this French artist. After taking part in the Transfert #6 exhibition held in Bordeaux, Bault flew to Haiti in August, where he created new 3D wood pieces. Something that should fuel his creativity for his two upcoming shows this year at the Unit 5 London-based gallery in October, and the Nicolas Xavier gallery of Montpellier at the end of 2016.