LINES&LETTERS

BORDEAUX – FRANCE

L’ATLAS – TANC

cox-gallery-lines-letters


Lines&Letters dévoile l’univers hypnotique basé sur la pureté du trait de deux street-artistes français reconnus. Tels des labyrinthes, les lignes se déforment entre abstraction et mots dissimulés.
D’un côté, L’Atlas, qui puise sa source d’inspiration dans de multiples voyages et qui tente de faire de ses créations de véritables « boussoles » du monde contemporain. L’artiste se veut transformateur du quotidien urbain.
D’autre part, Tanc, qui offre avec ses oeuvres une nouvelle fonction plus picturale à l’écriture. Les lettres se déforment telles des ondes, des fréquences rythmiques, des oscillations à la fois complexes mais qui jouissent d’une liberté totale.

Lines&Letters unveils the hypnotic universe of 2 renown French street artists: labyrinths of pure strokes, hidden words warping into abstraction.

L’Atlas draws his inspiration from his trips around the globe. He wants his pieces to be compasses to navigate today’s  world. In effect his works transform our urban setting. 

Tanc strives to give writing a raw pictorial function. The letters bend into waves, rhythmical patterns, complex oscillations that radiate absolute freedom.


L’ATLAS

Jules Dedet, plus connu sous le nom de « L’Atlas », est un artiste français d’art urbain né en 1978. Méticuleux, à la recherche d’une certaine pureté tant dans la forme que dans le choix des couleurs utilisées, L’Atlas exprime à travers sa vie et son art la philosophie asiatique de la dualité comme source de complémentarité. A travers ses œuvres presque hypnotiques, on retrouve une dichotomie entre le noir et le blanc.
L’Atlas commence le graffiti dans les années 1990. Fasciné par l’histoire de l’écriture, il étudie la calligraphie dans plusieurs pays et dessine sa propre typographie. De retour à Paris, il transpose les techniques arabes anciennes avec des médiums contemporains tels que le scotch et le spray sur toiles ou sur posters. Il crée alors une signature unique et universelle inspirée du labyrinthe, qui demeure un motif récurrent dans son œuvre. Il intervient de plus en plus fréquemment dans l’espace public et devient une figure majeure du Street Art. Il développe parallèlement un univers pictural, conduisant méthodiquement l’écriture vers l’abstraction.
Ces boussoles et ces labyrinthes faits de gaffer (ce scotch blanc utilisé sur les plateaux de cinéma) et appliqués sur le sol sont une invitation à la réflexion. Dans chacune de ces œuvres, les mots, plus ou moins dissimulés se cherchent et se devinent, ce qui reste une des caractéristiques inhérentes à l’art urbain auquel il appartient. Ses œuvres ont été exposées dans de nombreux musées et institutions comme le Centre George Pompidou, le Palais de Tokyo ou encore le Grand Palais.

L’ATLAS

Jules Dedet a.k.a. L’ATLAS is a French street artist born in 1978. He meticulously strives for purity, in the shapes he uses as well as in his restricted color palette. Throughout his life and work, L’ATLAS expresses the philosophic and mystic principle of duality as a source of harmony. 

L’ATLAS devoted himself to graffiti in the 1990’s. Obsessed with the history of writing, he soon started travelling to study Latin then Arabic calligraphy. Back in Paris, he transposed the ancient arabic techniques (Kufi codes) into the latin alphabet using contemporary artistic medium: scotch tape and spray paint on canvas and poster. In his pictural universe, he leads the written word towards calligraphic abstraction. That’s how he developed his unique labyrinth-like signature, ever present in his pieces. His interventions in public spaces drew attention to his work and soon made him a major figure of the street art movement.

His compasses and labyrinths made of paint and gaffer tape stuck to the ground compel us to take a second look. In these pieces the words, more or less hidden are to be discovered, guessed almost. His studio work has been featured in numerous group and solo exhibitions, in major museums and art venues, including the Georges Pompidou Centre, Palais de Tokyo, the Fondation Cartier, and the Grand Palais, among others.


TANC

Tanc est un artiste plasticien né à Paris en Mai 1979. Aujourd’hui, il a déjà exposé à travers le monde. Ce qui le caractérise, c’est l’unicité de son style, une caractéristique qu’on comprend plus quand on apprend que Tanc a grandi avec le graffiti. Il considère que l’art de la rue est éphémère et que l’action est plus importante que le résultat. Pour lui être « artiste est un mode de vie », l’investissement doit être total et l’intégrité absolue. Au début des années 2000, il se concentre sur un travail d’atelier et se démarque tout de suite des graffeurs traditionnels par son travail basé sur le trait et une recherche sur la synthèse. D’abord de son nom, puis de celle des tags en général, puis des personnes, de la musique, et pour finir de son sujet préféré : la vie.
Essentiellement basé sur le trait, son travail ne cherche pas à être parfait mais plutôt spontané. C’est l’état dans lequel il est qui va définir sa densité et sa rigueur. Son rythme cardiaque actionne son bras à la manière d’un métronome, il ne doit pas essayer de contrôler ce flux mais juste de comprendre la composition qu’il fait apparaître en équilibre entre son conscient et son inconscient. Il compose sa musique et ses toiles d’une manière spontanée. Il est dense ou léger, rigoureux ou déstructuré, Tanc ne joue pas, il vit son art.
L’artiste signe ses toiles Tanc comme il signe les murs de ses tags depuis l’adolescence. Cette discipline est d’abord l’exutoire instinctif d’un besoin d’expression : il se réapproprie l’espace urbain en criant son nom à la ville avec force. Bientôt, les lettres disparaissent et Tanc s’engage dans une recherche formelle abstraite. En concentrant son travail sur le trait et la couleur, il renouvelle la recherche picturale classique en la confrontant à la vivacité première de l’art de la rue : prépondérance de l’action, perfection du geste, acceptation de l’aléa et expression d’une singularité forte. Avant tout, ses œuvres frappent par leur intensité, leur musicalité et la vibration des lumières et des matières. L’action, l’énergie et l’émotion de l’artiste touchent le spectateur de la façon la plus sensuelle, intime et immédiate.

TANC

Tancrède Perrot aka Tanc is a French artist born in 1979 in Paris.  His work is characterized by the uniqueness of his style, which is better understood acknowledging Tanc grew up as a graffiti artist. He sees street art as ephemeral: the creative process matters more than the result itself. To him, being an artist means embracing a certain way of life: to be fully committed, and show absolute integrity. From the turn of the century, he mainly focused on studio work. His exploration of the possibilities of the line allowed him to immediately stand out from the usual graffiti artists. He strives to accomplish a synthesis of his name, tags in general, of individuals, music… He wants to represent life itself. 

Tanc seeks spontaneity rather than perfection. The artist’s state of mind defines the work’s density, its precision. His heartbeat activates his arm like a metronome. Rather than trying to control this flow,  he tries to understand the composition that suddenly appears on the canvas. A perfect balance between conscious and sub-conscious impulses.

He signs TANC on his canvasses as he used to tag the walls in his teenage years. This discipline is above all an instinctive outlet for a need to express himself: he takes over the urban space and shouts out his name across the city. 

As the letters dissolved, TANC started exploring formal abstraction. Focusing his work on line and color, he regenerates the pictorial tradition by confronting it with street art’s essential vitality: prevalence of action, perfection of the gesture, acceptance of the unexpected, and expression of a strong singularity.  His pieces are striking by their intensity, a musical vibration of lights and materials. Action, energy, and the artist’s emotion move the viewer in a sensual, intimate and immediate way.